Français English

Pédagogie 2.0 : Comment adapter sa méthode d’enseignement à la génération des Digital Natives ?

Confinement oblige, enseignants et étudiants ont dû se confronter à la réalité des cours à distance. Une réalité qui ne donne pas toujours envie d’apprendre, surtout lorsque la méthode d’enseignement n’est pas adaptée au format distanciel. 

Moi-même étudiante, je me suis posée une série de questions, dont les réponses pourraient bien orienter ma vision du futur de l’Enseignement Supérieur. L’une d’entre elles étant : comment tirer parti du format digital pour engager davantage la jeune génération d’étudiants ?

Selon une étude menée par la chercheuse Sarah Dart, les étudiants accordent plus de valeur aux caractéristiques suivantes :

  • la flexibilité et la personnalisation (avoir la possibilité de faire pause, de revenir en arrière, de suivre un cours à son rythme)
  • la recherchabilité (avoir accès à de l’information très facilement grâce à des indications de temps dans la vidéo qui permettent de ne pas perdre de temps à trouver le passage qui les intéresse, ou bien bénéficier de ressources complémentaires en temps réel)
  • le ton conversationnel employé par l’enseignant (les étudiants mémorisent mieux et se disent plus concentrés si le ton est plutôt informel)
  • les contenus vidéos explicatifs (sous forme de tutos donc, ils permettent de mieux comprendre)
  • l’accessibilité (c’est-à-dire pouvoir accéder à l’information le plus facilement possible)

Je viens donc vous parler aujourd’hui de tous ces formats et outils digitaux qui n’appartiennent pas, pour la plupart, au champ de l’éducation, et qui pourraient pourtant bien contribuer à renforcer l’intérêt des étudiants. Comment ? En calquant les usages de cette jeune génération ultra connectée et en leur proposant une méthode pédagogique qui leur corresponde !

Asynchrone et replay pour s’aligner sur Netflix

 La génération d’étudiants fréquentant actuellement les bancs de la fac est habituée à consommer de nombreux contenus en VOD sur diverses plateformes (Netflix, Prime, OCS, etc.). Pourquoi ? Parce qu’elles laissent plus de flexibilité ! Plus besoin d’être présent à heure fixe pour suivre un programme qui nous intéresse ; à la place il suffit de lancer sa plateforme et de visionner le programme que l’on souhaite au moment et à l’endroit qui nous convient, tout en ayant la possibilité de revenir en arrière et d’avancer sa série ou son film. Cette génération est donc par définition habituée à consommer des contenus digitaux qui leur laissent le choix et rendent leur expérience bien moins contraignante. D’ailleurs, on voit bien que les chaînes de télévision traditionnelles proposent désormais toutes des plateformes de VOD…  

planingIl n’est donc pas surprenant de voir que beaucoup d’étudiants ont du mal à digérer les cours en ligne. Ces Digital Natives, qui visionnent des contenus à leur bon vouloir (ce sont eux qui décident quand, comment et où ils les consomment) sont forcés d’assister à une classe virtuelle en direct alors que nombreuses sont les sources de distraction autour d’eux, et que dans la majorité des cas (je parle en connaissance de cause), l’enseignant ne cherche pas à adapter sa méthode d’enseignement au format numérique. 

 

Alors, que faire ?

Je proposerais d’alterner davantage entre formats synchrone et asynchrone. Mettre en ligne des cours en asynchrone (voire, si cela n’est pas possible, des replays des cours en live) ne peut qu’aller en la faveur des apprenants. En supprimant cette barrière de temps et d’espace, ils pourront s’organiser comme ils le souhaitent. Mais attention, je ne dis pas que tous les cours doivent être en asynchrone, loin de là… Il est essentiel de garder une partie en synchrone afin de pouvoir échanger de temps en temps en live avec ses élèves et s’assurer du bon déroulé et de la bonne compréhension du contenu du cours. Tout aussi bien qu’il est essentiel de ne pas basculer dans le tout numérique. 

visuel_LB-détouré-1

Faîtes évoluer votre méthode d'enseignement,
passez à la vidéo !

Le guide gratuit pour tout comprendre !

Téléchargez notre guide
 

Des tutos sous forme de capsules vidéos comme YouTube

Autre format sur lequel les étudiants sont très présents aujourd’hui : YouTube. Il est très pratique d'approfondir un point du cours mal compris en allant chercher un tuto explicatif directement sur ce réseau social. J’en suis moi même une adepte : un concept marketing pas bien assimilé ? Direction YouTube et ses chaînes stars dans de nombreux domaines.

Alors, que faire ?

Pourquoi ne proposeriez-vous pas des capsules vidéos à vos étudiants, des tutos explicatifs de concepts, de chapitres, d’une durée de quelques minutes ? Cela conceptualisera davantage vos propos en leur offrant un contenu intéressant et même interactif (n’oublions pas le rôle primordial des commentaires YouTube qui proposent de poser des questions et de rebondir sur des moments clés de la vidéo).

C’est d’ailleurs exactement ce que fait UbiCast ! L’enseignant s’enregistre depuis chez lui s’il le souhaite et propose des capsules de cours qui vont venir faciliter la transmission des savoirs grâce à la sidebar du lecteur vidéo qui permet à l’étudiant d’enrichir le contenu en temps réel (pages Wikipédia, liens YouTube, etc.). Par le biais de ce format, vous offrirez à vos étudiants une pédagogie participative où ils seront bien plus invités à donner leur avis, à rebondir sur des moments de la vidéo, à enrichir le contenu et à poser des questions.

Utiliser des outils pédagogiques pour gamifier ses cours

Pour engager ses étudiants, il peut être très intéressant d’utiliser des outils dont les usages correspondent aux habitudes de cette audience en dehors de la sphère pédagogique. Par cela, j’entends proposer des activités ludiques proches d’une application de jeu. En transposant les codes du jeu au champ de la pédagogie, vous pourrez dynamiser, motiver et maintenir l’attention de vos étudiants, tout en créant une relation engageante et interactive.

Alors, que faire ?

gamification2Vous pourriez utiliser des outils qui favorisent la participation de vos étudiants : par exemple des outils “nuages de mots” comme Mentimeter qui permettent de donner son avis, sa vision d’une thématique de manière anonyme, l’intégralité des réponses étudiantes constituant un nuage de mots ; ou bien des questionnaires en ligne via Kahoot! par exemple, ou encore via des sondages type Wooclap.

Si vous utilisez une plateforme pour créer des capsules de cours, il se peut que celle-ci intègre des éléments de gamification. Par exemple, avec les outils UbiCast, les professeurs rendent leurs élèves acteurs de leurs formations par le biais d’activités pédagogiques (quizz, sondages) disponibles sur la plateforme et qui permettent de maintenir l’attention de l’audience tout en mesurant le niveau de compréhension.

Le plus important, ce n’est pas la qualité (vous vous adressez à la génération Tik Tok)

Aujourd’hui, les étudiants ne prêtent plus autant attention à la qualité des contenus vidéos. Preuve en est, cette génération est mordue de Tik Tok, un réseau social de partage de vidéos très courtes et souvent filmées avec les moyens du bord, sans réelle préparation. Une poignée de secondes donc pour attirer et divertir l’audience avant qu’elle ne swipe, voilà comment on pourrait le résumer. Les contenus que l’on trouve sur Tik Tok ont d’ailleurs beaucoup évolué, et beaucoup reprennent aujourd’hui des thématiques liées au développement de compétences : “Comment produire un effet de distorsion sur Photoshop ?”, “Quels sites utiliser pour benchmarker ?”, “4 outils gratuits à utiliser pour les étudiants”, etc.

@lesquisse_digitale

Répondre à @camcldt Objets > Distorsion de l'enveloppe > D'après l'objet premier plan 🤩 #tuto #illustrator #tutorial #design #typo

♬ Lofi - Domknowz

 

Vous l’aurez donc compris, des contenus vidéos courts et pertinents sont la clé pour attirer vos étudiants, peu importe la qualité de la vidéo. En somme, privilégiez une méthode pédagogique qui leur corresponde en vous alignant sur leurs usages. 

Alors que faire ?

En prenant en compte ces derniers points, je vous conseillerais donc d’axer une partie de votre méthode d’enseignement vers la production de courtes vidéos explicatives de votre contenu. Essayez d’intéresser votre audience, et rappelez-vous : la qualité ne fait pas tout, privilégiez le fond à la forme !

Ce qu’on en retient

Comme expliqué par Jean-Marie Cognet dans sa tribune pour Edtech Actu, le métier d’enseignant est l’un des rares métiers à ne pas avoir évolué avec le temps ! Bonne chose ? Honnêtement, je ne pense pas ! Et encore plus lorsqu’on parle d’un métier qui nécessite de s’adresser à un public qui ne cesse d’évoluer au fil des générations. Il n’est pas pertinent aujourd’hui de s’adresser à une génération ultra connectée comme on s’adressait aux générations précédentes. Comme vous l’aurez compris, tout est histoire de génération : avec l’essor des nouvelles technologies et des médias sociaux, une méthode d’enseignement doit savoir s’adresser à son audience. Aujourd’hui, il est clairement établi que pour engager ses étudiants, il faut calquer leurs usages et les intégrer au sein d’une pédagogie active et numérique en présentiel et en distanciel. Bienvenue dans l’ère de la pédagogie 2.0 !

Nudgis, la plateforme d'hébergement vidéo intelligente !

Une plateforme vidéo à votre image pour enregistrer, héberger et diffuser vos contenus simplement.

ESSAYER GRATUITEMENT
COMMENTS