Français English

Pourquoi et comment produire un podcast pédagogique ?

Depuis plusieurs années, le podcast s’est véritablement installé dans les habitudes de consommation. On estime aujourd’hui qu’1 français sur 3 écoute au moins une fois par mois des podcasts natifs (source : étude CSA - Havas Paris - Podinstall pour le Paris Podcast Festival). Et la tendance s’accentue : entre 2019 et 2021, son usage a augmenté de 10 points !
De manière générale, on peut dire que l’audio est de plus en plus plébiscité, et ce dans toutes les sphères de notre quotidien. Citons deux exemples : les messages vocaux et les programmes de divertissement.

Qui, par flemme d’écrire un roman par message pour expliquer une anecdote, n’a jamais utilisé un message vocal pour être plus rapide, mieux transmettre l’information et être sûr que son interlocuteur n'interprète pas mal un emoji ? Et puis, en plus d’être pratique (on peut écouter et répondre tout en faisant autre chose), je trouve que c’est toujours plaisant à écouter : on accentue la dimension affective en écoutant directement la voix de son interlocuteur.

Deuxième exemple : dans le divertissement. Ces dernières années, les séries et mini-séries ont compris l’importance de l’audio seul pour stimuler la curiosité et renforcer l’attention de leur public. C’est le cas de la série TV sonore Calls diffusée sur Canal + qui, avec de simples sous-titres et quelques vagues colorées qui ondoient pour ne pas laisser un écran noir, raconte des histoires qui captivent son audience en ne faisant appel qu’à l’un de leurs sens. Déroutant au début, on s’aperçoit vite que ce procédé décuple nettement notre concentration auditive et a un impact direct sur notre puissance de l’imaginaire et de la représentation mentale.

Maintenant que je vous ai montré que l’émergence du podcast s’aligne parfaitement avec la tendance du format audio, revenons à notre sujet principal : pourquoi vous auriez tout à gagner à produire votre propre podcast pédagogique ?

3 avantages au podcast pédagogique

  1. Diffuser des savoirs via un podcast pédagogique, c’est proposer une méthode différente susceptible de mieux convenir à certains profils d’étudiants (notamment ceux disposant d’une meilleure mémoire auditive que visuelle) et donc de rencontrer des besoins et des styles d’apprentissage différents.

    Selon de récentes études, la modalité auditive serait plus attractive pour les étudiants que la lecture. Considérée par les chercheurs comme un canal sensoriel puissant, elle constituerait une voie d’apprentissage privilégiée car l’écoute serait instinctive, tandis que la lecture et l’écriture ne le seraient pas. La nécessité de se les approprier vient aussi du fait qu’ils auraient un réel impact sur l’efficacité et la motivation des apprenants.

    Un peu d’histoire

    La première université à avoir adopté le podcast est l’Université Duke en Caroline du Nord. En 2004, l’établissement a équipé 1 600 étudiants d’iPod afin d’étudier l’intérêt et l'efficacité du podcast pour les enseignants et les étudiants. D’autres ont ensuite suivi : l’Université Purdue en 2005, puis celles du Michigan et de Stanford. En Europe, le projet IMPALA (Informal Mobile Podcasting and Learning Adaptation) a regroupé, entre 2006 et 2007, plusieurs universités britanniques afin de comprendre l’impact des podcasts sur l’apprentissage des étudiants et leur motivation à apprendre, mais également sur leur capacité à passer, avec un même dispositif de lecture, d’un usage récréatif à un usage académique.

     



  2. En proposant d’apprendre par l’audio, vous réduisez le risque de décrochage.
    L’image n’étant pas toujours essentielle dans l’apprentissage, vous pouvez réussir à davantage captiver votre audience (à condition que vous maîtrisiez bien l’exercice et les pré-requis). Pourquoi cela ? L’abandon, c’est-à-dire le fait de ne pas aller au bout d’un contenu, est bien moins fréquent que pour le texte !

  3. Dernier avantage et non des moindres : la flexibilité.
    Le podcast s’écoute aussi bien sur ordinateur que sur smartphone ou tablette, chez soi ou ailleurs (même si le métro n’est pas forcément recommandé par souci de concentration). Ainsi, la liberté qu’octroient les podcasts, à savoir le choix du lieu, du moment et des modalités d’écoute, leur confère un avantage supplémentaire.

Nudgis + podcast = le combo parfait pour une expérience enrichie

Via la plateforme Nudgis d’UbiCast, vous avez la possibilité d’importer uniquement de l’audio pour mettre en place votre podcast. L’avantage ? La possibilité de rendre un podcast interactif ! Contrairement aux plateformes traditionnelles (Spotify, Deezer, Soundcloud, etc.), en hébergeant votre podcast sur Nudgis, vous profitez directement des fonctionnalités disponibles : enrichissement de l’audio avec des ressources complémentaires, chapitrage de l’audio, ajout de quiz à la fin de l’audio, etc. Jugez donc par vous même avec cet épisode du podcast Le Déclic :

 

À vous de jouer !

Avant tout, rappelez-vous que créer un podcast ne s’improvise pas.

Pour vous aider, j’ai dressé une petite liste de choses à faire en amont :

    1. Fixer les objectifs et se poser les bonnes questions
      Quel est le but de ce podcast ? Pourquoi ai-je choisi de le mettre en place ? Est-ce que je cherche à informer, analyser, approfondir, motiver, inciter à la réflexion ? Combien d’épisodes sont nécessaires ? Quelle durée ? Quel scénario : est-ce que je souhaite parler tout du long ou bien inclure des extraits sonores (par exemple des audio d’archive) ? Est-ce que je souhaite employer un ton formel ou informel ?...

    2. Préparer un story board
      Après avoir répondu aux différentes questions, il vous faut rédiger un story board, c’est-à-dire le déroulé de votre épisode. Le podcast étant un format court, préparez votre discours en amont, cela évitera les hésitations et votre audience ne sera que plus captivée par vos propos ! D’ailleurs, pour rendre votre contenu encore plus digeste, je vous conseillerais d’opter pour une durée de 15/20 minutes maximum par épisode. Sachez que si vous utilisez la plateforme Nudgis d’UbiCast, vous pourrez approfondir certains points que vous abordez à l’aide de pièce-jointes ou de liens. Cela vous permettra de vous recentrer sur l’essentiel tout en donnant la possibilité à vos étudiants d’aller encore plus loin dans leur apprentissage.

    3. Vérifier son matériel
      La qualité du son est primordiale, bien plus que lorsque vous réalisez des capsules vidéos, puisqu’ici le son est le seul sens sollicité ! Vous n’avez pas forcément besoin de vous équiper d’un micro (même si c’est mieux), une paire d’écouteurs munis d’un micro intégré peut parfois faire l’affaire, il faut tester. Autre chose : nul besoin de compétences avancées en radio pour produire du contenu de bonne qualité !


Mon conseil final serait de vous dire que se lancer dans le podcast pédagogique ce n’est pas faire cours en utilisant seulement l’audio ! Le but pour délivrer une expérience porteuse de valeur, c’est de produire un contenu court qui soit fait pour être écouté. Il peut très bien s’agir d’un complément au cours : après chaque cours, l’enseignant peut demander à ses étudiants d’écouter le nouvel épisode du podcast afin de préparer le prochain cours.

Prenons un exemple : le professeur enseigne le cours “Civilisation latino-américaine au XIXe siècle”. Il dispense son cours en s’appuyant sur le format hybride : les cours d’amphi purement théoriques sont remplacés par des capsules vidéos interactives et les TD se font en présentiel pour laisser la possibilité aux étudiants d’échanger en synchrone, tout en mettant en pratique leurs savoirs. Après chaque TD, l’enseignant publie un nouvel épisode du podcast pédagogique qu’il a préparé et qui fait office de “devoirs” pour les étudiants. Dans chaque épisode, l’enseignant vient “documenter” et approfondir une partie du cours peu exploitée (par exemple, disons que le premier épisode s’intéresse à “L'art latino-américain à la veille de l'indépendance”). En mettant en place cette série d’épisodes, l’enseignant cherchera à délivrer une sorte de parenthèse approfondie d’une thématique pour aller plus loin.

Autre possibilité : utiliser le podcast non pas à la fin d’une session pour approfondir une thématique, mais avant la classe pour prendre connaissance des contenus qui seront abordés. Cette approche rappelle l’idée de la classe inversée. Les podcasts deviennent alors un moyen d’inverser le modèle pédagogique traditionnel en prenant connaissance des contenus avant le cours et de réserver celui-ci aux questions et aux applications pratiques.

Alors, on se lance ?

Qualifiés de « teacher in your pocket » par Farkas (2013), les podcasts à vocation pédagogique ont l’avantage d’être un format très flexible et plus digeste pour leur audience. 

Les étudiants étant plus réceptifs à des contenus présentés sous forme de podcast qu’à des contenus sous forme textuelle, les enseignants devraient sans aucun doute se l’approprier dans un souci d’efficacité pédagogique. 

En suivant la checklist mentionnée dans cet article, l’enseignement peut réellement faire la différence en passant d’une posture « centrée enseignement » à une posture « centrée apprentissage ».

Alors, convaincu.e.s ?

Nudgis, la plateforme vidéo intelligente !

Enregistrez, hébergez et diffusez vos contenus simplement.

ESSAYER GRATUITEMENT
COMMENTS